Barbeau

Accueil / Barbeau

Informations pratiques

Nom scientifique :
Barbus barbus

Famille :
Cyprinidés

Autres noms :
Truitat, Drogan, Dusgan, Tourgan, Drenck, Barbu
Anglais : Barbel

Poids maximum :
9 kg

Taille maximale :
90 cm

Durée de vie :
15 ans

Période de frai :
Mai à juillet

Ponte :
9 000 oeufs

Le Barbeau, avec son corps fuselé, montre sa parfaite adaptation aux rivières animées par un courant plus ou moins rapide. Selon son implantation, sa couleur qui peut être différente est uniforme et légèrement plus claire sur le ventre. Vous trouverez ainsi des barbeaux tantôt “gris”, tantôt “verdâtres”, et parfois “dorés”. Son museau est caractéristique et dépasse nettement sa bouche. A noter que la nageoire dorsale comprend un rayon épineux fortement ossifié.

Implantation :

On le trouve dans des eaux claires et sur des fonds de graviers. Le barbeau commun est le plus répandu. Il a trois cousins qui sont :

  • le barbeau méridional (plus petit et avec des petites tâches sur les flancs)
  • le barbeau ibérique (bien plus petit et plus fuselé)
  • le barbeau italien (20 à 40 cm et robe plus sombre que le commun)

Mode de vie :

Le barbeau préfère les fonds de cailloux et de sables. Il se nourrit souvent la nuit d’invertébrés dans des eaux peu profondes. Comme la carpe (une cousine de la même famille), le barbeau utilise ses barbillons pour trouver des larves d’insectes, des vers. Ses puissantes dents pharyngiennes lui permettent de déguster aussi les écrevisses et les crevettes d’eau douce.
La période nuptiale est assez agitée. Mâles et femelles se livrent à des courses sans fin, côte à côte. La femelle creuse ensuite une cavité dans les graviers et dépose, en plusieurs fois, 3000 à 9000 oeufs à une faible profondeur.
Les mâles libèrent ensuite leur laitance.. Après 10 à 20 jours d’incubation, selon la température de l’eau, les jeunes alevins se cachent sous les pierres, se nourrissent de phytoplancton et de zooplancton puis, devenus fouisseurs ils s’alimentent de proies plus grosses.

Mode de pêche :

Voici un poisson qui est un rude adversaire. On le trouve, très rarement en solitaire, dans les cours d’eau vive, donc bien oxygénée, aux fonds sableux ou caillouteux.
Vous pouvez le pêcher à la plombée, sur le fond, avec comme appâts des petits cubes de gruyère, des asticots ou un gros ver. Une autre technique est de le pêcher à l’anglaise.
A la ligne flottante dérivante, autrement dit, à la coullée, vous prendrez soin de bien prendre le fond afin de permettre à l’esche de glisser sur le fond. Cette technique offre l’avantage de couvrir un secteur plus important et ce tout en asurant une présentation très naturelle de l’appât.
Vous pouvez très bien amorcer un coup au Barbeau, avec quelques frondes de l’appât utilisé. Quelques morceaux de fromage cuit sur un coup est sélectif. L’amorcage classique est une possibilité.
Pour ce qui est du matériel, une canne bolognaise robuste de 5 ou 6 mètres est toute indiquée. Le flotteur de 15g  devra être choisi, pour ce qui est de sa forme,  en fonction du courant rencontré.
Enfin, un corp de ligne de 18/100e, un bas de ligne de 14/100e et un hameçon fort de fer n°  12 feront une ligne pêchante.

Une amorce pour le Barbeau

300g de chapelure blonde

200g de tourteau de mais

200g de PV1

200g de gruyère rapé.

Prévoyez un peu de terre si le courant est de la partie.